2007_06_22_losmolinos
(cliquez pour amplifier)

Buenos Aires regorge de trésors mais ils sont parfois enfouis profond. Le destin de la Confitería del Molino conte la vraie histoire Portègne. La petite, celle des magouilles et des malversations et la grande, celle qui remonte aux fastes de la fin du XIX ième siècle.

En 1821, un Italien, Constantino Rossi ouvre au coin des rues Rivadavia et Rodríguez Peña la confitería del Molino baptisée ainsi parce qu’à 150 m se trouvait le moulin Lorea.
En 1886, elle est rachetée par le pâtissier Brenna créateur de classique portègne. Brenna déménage la confiserie à Rivadavia 1801, rachète le local attenant et contracte en 1915 l’architecte Gianotti pour unir les deux commerces et réaliser une œuvre d’envergure.
L’édifice est déclaré Monument historique en 1997.
Au même moment le panneau « fermé pour congés » promettant la réouverture dans trois semaines, s’affiche sur la vitrine du magasin. Les employés sont congédiés pour de bon et les rideaux du magasin restent fermés jusqu’en 2004.
En 2004, la ville octroie au propriétaire le groupe  Ropabren un subside de $80 000.
La Confitería ré-ouvre …pour 10 jours ! le temps d’un festival culturel.
Depuis, ce joyau de la culture portègne reste obstinément fermé. Le statut de monument historique ne suffit pas à la préemption de l’édifice par l’état, Il faut qu’il soit classé « d’utilité publique » et de cela le sénat débat depuis dix ans… sans effet.

A l'intérieur deux magnifiques salons pourraient servir de cadre à de grandioses milongas.