La Saint Valentin s’associe à deux massacres de l’histoire.
Celui en 1929 commandité par Al Capone et exécuté par Jack McGurn dit La Sulfateuse sur le gang des irlandais à Chicago.
Celui en 1349 où, en Alsace, des centaines de juifs furent brûlés vifs à l’époque de la peste noire.
La magie du marketing et la nécessité de trouver des dates favorables dans un calendrier chargé en ont inversé la mémoire.
Mais en guise de souvenir taquin El Clarín dans son supplément a de los enamorados publie les messages les plus assassins que des amoureux puissent s’échanger.

En voici un florilège :

Me decías mi angelito. Despues me enteré que los ángeles no tenian sexo.
Tu m'appelais mon petit ange. Après je me suis rendu compte que les anges n'avaient pas de sexe.

Con los preservativos que no usamos le hice el cumple a mi sobrino, gracias !
Avec les préservatifs que nous n'avons pas utilisés,  j'ai fait un cadeau d'anniversaire à mon neuveu. Merci !

Ahora a tus pechitos nuevos sólo los disfruto por FaceBook ¡ Maldición !
Maintenant tes nouveaux petits seins, j'en profite uniquement sur FaceBook. Malédiction !

Sos menos estimulante que hacer un electroshock con una pila de reloj.
Tu es moins stimulante que de faire un électrochoc avec une pile de montre.

Siempre supe que iba a ser mi mejor Ex.
J'ai toujours su que tu serais ma meilleure ex.

Te admiro por dejarme, yo hubiera hecho lo mismo.
Je t'admire de m'avoir quitté. J'aurais fait pareil.

No sos renga, vivis bailando.
Tu n'es pas boiteuse,  tu vis en dansant.

Hasta mi psícóloga hace terapia por tu culpa.
Même ma psychologue fait une thérapie par ta faute.

Ahora entiendo porque los huracanes tienen nombres de mujer.
Maintenant je comprends pourquoi les ouragans ont des noms de femme.